Pourquoi la grève en France ?


documents authentiques : interview JTinterview 2 JT  – textedictée – interview


1. Bonjour, je m’appelle Alain. Je travaille dans le secteur de la pâtisserie artisanat et demain je fais pas grève.

2. Bonjour, je m’appelle Serge Maliquin, je travaille dans le maritime, dans le secteur maritime, et je participerai à l’appel national demain.

3. ???

4. Je m’appelle Mickael, je suis patron d’entreprise dans le secteur des cosmétiques, et je ne compte pas faire grève demain.

5. Voilà, je me présente : Pierre. Donc, je ne ferai pas grève demain.

6. Oui, bonjour, je m’appelle Laurent. Je suis agent à la RTM. Je vais faire grève par solidarité avec mes camarades pour des revendications communes.

1. Voilà, (il) y a trente-cinq ans que je fais le métier. J’ai jamais fait même une fois grève. Parce que c’est pas mon style. Ma motivation à moi, personnelle, c’est que, ma foi,  j’ai une famille à nourrir, je tiens pas à ce qu’on m’enlève une journée de travail. C’est la raison que … que j’ai pas envie.

2. Je ferai grève demain parce que c’est un appel national, et pour des motifs internes aussi à l’entreprise que je représente. Je participerai donc à la grève de demain.
Ce sont des revendications d’ordre politique par rapport à la remise en cause de nos statuts, de notre régime de retraite en particulier chez les marins plus des motifs internes à l’entreprise.

3. ???

4. Je ne fais grève demain parce que tous mes employés comptent sur moi demain. Tout simplement, et en tant que chef d’entreprise, ça va être compliqué quand même de leur dire que je ne travaille pas demain. Voilà, tout simplement.

5. Je ne ferai pas grève parce que primo, ça ne m’intéresse pas. Et … j’ai jamais fait grève, j’étais employé de mairie et je peux pas aller contre mon gouvernement à ce sujet là parce que ces grèves pour moi, c’est politisé.

6. Oui, donc je vous disais que je faisais grève suite à des revendications communes tout simplement pour les salaires, le pouvoir d’achat, la situation de vie est devenue catastrophique pour la majorité des ouvriers en France. Et donc, c’est plus le moment de l’individualisme mais de la solidarité. Et être solidaire entre nous pour monter au gouvernement que… on peut plus aller plus loin pour nos familles.

 


documents authentiques : interview JTinterview 2 JT  – textedictée – interview


vidéo-transcription