Quels sont les déterminants possessifs🇫🇷rappel de la règle A2:B1


la leçon est ici


« L’adresse…une adresse. Sa adresse ? son adresse ? son adresse ? »

Aujourd’hui, on travaille sur les adjectifs possessifs. On dit aussi les déterminants possessifs : mon, ton, son.

Ça va, ça va. C’est facile : mon, ton, son, ma, ta, sa, mes, tes, ses. Pas de problème !

Pas de problème pour toi peut-être, mais il ya des gens qui se trompent. On va réviser ensemble cette règle.

Avant de commencer, inscrivez-vous à ma chaîne. Activez les notifications et soutenez-moi avec un petit pouce. Merci.

Je vous ai préparé un document à imprimer avec des exercices et l’explication. On va donc procéder en deux temps : d’abord on va revoir le tableau complet. Ensuite je vais revenir là où tout le monde se trompe, c’est-à-dire sur mon, ma, mes, ton, ta, tes, son, sa, ses. C’est ici qu’il y a le plus d’erreurs et on va reprendre ça en détail. Je vous l’écris, prenez des notes.

Alors je pense que vous connaissez déjà cette règle. J’imagine que vous connaissez déjà cette règle. C’est une règle qu’on apprend au tout début de notre apprentissage. Cependant je vois dans vos messages, je vois dans vos commentaires que vous vous trompez presque toujours aux mêmes endroits, aux mêmes endroits, et c’est ici !

Pour cette raison, je vous propose aujourd’hui de réviser cette partie en particulier.

Je vous propose de faire une capture d’écran et on reprend tout ça dans les détails.

Règle numéro 1, c’est suivie par tous les noms qui commencent par une voyelle (masculin et féminin).

Quand les mots commencent par une voyelle, il faut faire la liaison :

mon espoir, ton adresse, ton école, ton hôtel, son ami

Vous voyez ? ces mots sont masculins ou féminins. Adresse, c’est féminin. On dit une adresse, mon adresse… C’est mon adresse. C’est ton adresse. C’est son adresse.

Une école. C’est mon école. C’est ton école. C’est son école. Mon école, ton école, son école.

Ici, « ami » est au masculin :  mon ami.

Pour le féminin on dit aussi mon amie, mon amie, ton amie, son ami. Masculin et féminin. Compris ?

« Hôtel », ça commence par un H. Mais c’est un H muet. C’est un H qu’on ne prononce pas. Le mot commence par un H, alors ça fonctionne comme une voyelle. On dit : mon hôtel, son hôtel, ton hôtel. Et donc, on ne dit pas « ma école », non ! On ne dit pas « sa amie ». Ce n’est pas possible.

Mon ami. C’est mon ami.

Règle numéro 2.

On utilise aussi « mon, ton, son » avec tous les mots masculins. Même ceux qui commencent par une consonne. Par exemple : mon frère, ton père, son grand-père, mon reup, mon daron.

« Mon, ton, son » est suivi par tous les noms masculins :  mon père, mon frère, mon chat.

Il n’est pas là aujourd’hui.

Règle numéro 3.

Quand le nom féminin commence par une consonne on utilise « ma, ta, sa ». Exactement !

Par exemple : ma sœur, ta mère, sa grand-mère, sa famille, ma tête, ma main.

Attention ! quand le mot féminin commence par un H aspiré, on dit « ma ». Par exemple :

ma hache, ma hutte

Règle numéro quatre.

Au pluriel on utilise mes, tes, ses avec tous les noms.

Avec tous les noms, qu’ils soient masculins ou féminins et qu’ils commencent par une voyelle ou une consonne.

Et attention à la liaison quand le nom commence par une voyelle. Ça va donner : mes amis, mes amies. On n’entend pas si c’est masculin ou féminin. Tes sœurs, tes parents, ses cousins (masculin), ses cousins, ses cousines (féminin) ses cousines.

« Et j’y mettrai mon père, ma mère, mes frères et mes soeurs… Oh oh, ce serait le bonheur. »

On fait un exercice. On complète par mon, ma, mes. Vous êtes prêts ?

mon ami, mon amie mon adresse, mes adresses, très bien, mon père.

mon cousin, ma cousine, mes cousins, très bien !

Vous avez compris ?

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui. Mémorisez bien mon, ma, mes, ton, ta, tes, son, sa, ses : ma main, mon doigt, mes doigts, ma tête, mon oeil, mes yeux, mon oreille droite, mon oreille gauche, mes oreilles, mon cou, ma gorge, mes dents, ma bouche.

À bientôt !

Auprès de mon arbre, je vivais heureux. J’aurais jamais dû m’éloigner de mon arbre. Auprès de mon arbre, je vivais heureux. J’aurais jamais dû le quitter des yeux.