Argument


Du même recueil :  rondel de l’adieu  ∣  argument   ∣   les plus beaux vers   ∣   le pèlerin


Argument

Edmond Haraucourt

    Ainsi prêt à l’amour, il attend, et soudain, il
comprend qu’il aime : pour sa douleur, sans doute,
car celle qu’il dut involontairement choisir est
trop haut pour l’apercevoir. N’importe ! Il s’extasie
dans la gloire d’aimer, s’abîme dans un culte,
roule dans un vertige, et, fou de sa nouvelle
ivresse, ne se reconnaît plus en lui-même.
    Il chante l’adorée en de longues litanies qu’elle
n’entendra point : il est seul, mais sa solitude
maintenant lui est douce, car il la peuple d’une
idée, et, jour et nuit, l’absente l’accompagne. Elle
vit en lui, il vit par elle : il l’a revêtue de tous les
charmes souhaités, et ce n’est plus une femme ou
une enfant, mais l’idole dont il devient le prêtre
agenouillé, et qu’il ne faudra pas flétrir.


Du même recueil :  rondel de l’adieu  ∣  argument   ∣   les plus beaux vers   ∣   le pèlerin


poesie

Vous pourriez être intéressé par :

Thèmes: |
6 Partages
Partagez5
Tweetez
+11