Pascal, les Pensées


☆ Que l’homme maintenant s’estime son prix. Qu’il s’aime, car il y a en lui une nature capable de bien, mais qu’il n’aime pas pour cela les bassesses qui y sont. Qu’il se méprise, parce que cette capacité est vide, mais qu’il ne méprise pas pour cela cette capacité naturelle. Qu’il se haïsse, qu’il s’aime. Il a en lui la capacité de connaître la vérité et d’être heureux, mais il n’a point de vérité ou constante ou satisfaisante.

Les Pensées (Blaise Pascal) Contrariétés (Fragment 423 éd. Brunschwig)

☆ L’homme n’est qu’un roseau, le plus faible de la nature, mais c’est un roseau pensant. Il 
ne faut pas que l’univers entier s’arme pour l’écraser, une vapeur, une goutte d’eau suffit 
pour le tuer. Mais quand l’univers l’écraserait, l’homme serait encore plus noble que ce qui 
le tue, puisqu’il sait qu’il meurt et l’avantage que l’univers a sur lui. L’univers n’en sait rien.

(Fragment 347 éd. Brunschwig)

Vous pourriez être intéressé par :

Shares
Share This