Livre audio – chapitre 1

– 1 –  

  Cette histoire aurait pu arriver à n’importe qui. Alors qu’il rentrait du travail après une dure journée, Michel décida de ne pas rentrer par le bus habituel. La soirée était agréable et l’idée de marcher et de bouger son corps après avoir passé la journée assis devant l’ordinateur lui plaisait. Ce n’est que lorsque le bus s’éloigna qu’il se décida d’envoyer un SMS à sa femme. Il s’apprêtait à appuyer sur « envoyer » quand son téléphone devint tout noir ; il était déchargé, plus de batterie. Agacé, il se dit qu’il appellerait en chemin d’une cabine téléphonique. Rue après rue, il constata que les cabines avaient déserté la ville et que les rares cabines qu’il croisât ne fonctionnaient plus. Résigné, il préféra accélérer le pas pour arriver plus vite plutôt que perdre son temps à chercher un hypothétique moyen de contacter sa femme.

    Une heure trente, c’est le temps que mit Sylvie pour se décider de partir à la rencontre de son mari à qui il était forcément arrivé quelque chose. Sylvie était d’une nature inquiète, alors son mari la prévenait toujours du moindre changement. Il n’avait donc pas pour habitude d’arriver en retard et encore moins d’oublier de prévenir ses proches quand ça lui arrivait. Une heure trente, Sylvie avait envoyé plusieurs SMS.

Tu fais kwa ?

T ou ?

1 pb ? Apel moi stp !

T deja parti ?

T plu au buro ? 

    Aucune réponse. Elle contacta alors Farid, le collègue de bureau avec qui son mari sortait parfois après l’entraînement de football. « Michel ? Non, il est parti à l’heure comme d’habitude. » lui répondit-il par SMS. « un problème ? »

Un problème, ça oui il devait y en avoir un gros. Sylvie hésita un instant. Elle poussa un gros soupir, elle ne sortait jamais le soir de peur de se faire agresser. A force d’entendre parler de faits divers toujours plus effrayants à la télévison, elle s’était résignée à ne plus sortir la nuit tombée. Et ce soir, elle aurait certainement mieux fait de rester chez elle. Elle mit son manteau, vérifia une dernière fois son smartphone avant de fermer la porte de l’appartement à double tour, s’engagea dans l’escalier, passa le porche et se dirigea vers l’arrêt de bus où trois hommes attendaient en parlant bruyamment.

à suivre

Vous pourriez être intéressé par :

Shares
Share This